CFDT Amadeus

La GPEC* -un enjeu majeur- !

lundi 17 novembre 2008

Les syndicats et la Direction Amadeus ont commencé les négociations GPEC !

La GPEC est une vraie opportunité ! C’est pourquoi l’équipe CFDT chez Amadeus va à la négociation de manière franche, car de notre avis, l’intérêt des salariés, est de savoir :
- ou l’on va,
- comment on y va,
- d’anticiper les évolutions
- et de ne pas se laisser surprendre dans le futur.

1. Définition de la GPEC ?

« La gestion prévisionnelle et préventive des emplois et des compétences est la conception, la mise en œuvre et le suivi des politiques et de plans d’actions cohérents :

- visant à adapter de façon anticipée, les besoins et les ressources humaines de l’entreprise (en terme d’effectif et de compétences) en fonction de son plan stratégique ou au moins d’objectifs à moyen terme bien identifiés.
- impliquant les salariés dans le cadre d’un projet d’évo-lution professionnelle ».

2. La négociation GPEC, c’est quoi au juste ?

La discussion sur la GPEC est obligatoire tous les 3 ans (c’est la 1ere négociation pour Amadeus) (Loi du 18 janvier 2005 Article L320-2). Elle comprend plusieurs volets :
- Une négociation portant sur les modalités d’information et de consultation du comité d’entreprise sur la stratégie de l’entreprise et ses effets prévisibles sur l’emploi ainsi que sur les salaires.
- la mise en place d’un dispositif de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, ainsi que sur les mesures d’accompagnement susceptibles de lui être associées, en particulier en matière de formation, de validation des acquis de l’expérience, de bilan de compétences ainsi que d’accompagnement de la mobilité professionnelle et géographique des salariés.

Le Plan national d’action concerté pour l’emploi des seniors signé le 9 mars 2006, a réaffirmé : « la problématique de l’emploi des seniors est au cœur des démarches de gestion prévisionnelle des emplois et des com-pétences que l’État souhaite promouvoir ».

3 qu’est-ce que l’information sur la stratégie de l’entreprise ?

Il s’agit de définir une méthode relative à la consultation du comité sur la stratégie, qui s’entend d’une « stratégie globale » qui couvre l’ensemble des décisions que peuvent prendre les dirigeants pour construire l’avenir de l’entreprise. La négociation devra porter sur la définition de la stratégie faisant l’objet de la consultation du comité, étant relevé que ce sont a priori les effets prévisibles de cette stratégie sur l’emploi et les salaires qui doivent servir de guide. La GPEC suppose d’adapter au mieux les ressources humaines de l’entreprise à la politique économique de l’entreprise : quels marchés entend-elle conquérir, quels sont les investissements prévus, les nouvelles techniques mises en œuvre, les produits à l’étude ? C’est donc à partir de ces projets que l’on pourra déterminer les besoins de l’entreprise en matière de ressources humaines.

4. Quels objectifs ?

Un accord de GPEC a vocation à faire en sorte que les ressources de l’entreprise en personnel correspondent au mieux à ses be-soins, compte tenu de sa stratégie. De ma-nière un peu schématique un accord de GPEC peut nous permettre de préparer une évolution technologique (telle que l’a été le TPF decommissionning), en identi-fiant les métiers dont on aura besoin, les personnes susceptibles d’occuper ces nou-velles fonctions et les dispositifs de formation à mettre en œuvre. Mais l’entreprise peut aussi se trouver confrontée à des difficultés structurelles, à une mutation du marché ou à des perspectives de rachat, avec à la clef des risques de suppression d’effectifs.

5. Quel dispositif pour la GPEC ?

La négociation obligatoire se limite au « dispositif », ce qui implique que celui-ci soit défini. Chez Amadeus La Direction et les Syndicats ont convenu de négocier la mise en place de dispositifs pour aboutir sur les sujets suivants :
- L’observatoire des métiers, cartographie prévisionnelle des compétences (permet d’identifier et de classer les différents métiers, leur évolution, les compétences qui seront exigées dans le futur)
- donner aux salariés les moyens de s’adapter à ces évolutions par la Formation, la VAE, le bilan de compétence, et l’employabilité
- Entretien professionnel
- La mobilité
- Reclassement
- Gestion des seniors
- Retraites
- Recrutement

6. Pour certains signer un accord GPEC, c’est cautionner la stratégie de l’entreprise ?

Un accord GPEC oblige l’entreprise à présenter sa stratégie (information que nous n’avons pas pour l’instant chez Amadeus) et les conséquences sur les trajectoires en emplois et compétences. Il permet aussi de définir les modalités d’accompagnement.

Le débat est donc sur la pertinence et le niveau des modalités et non sur la stratégie.

La CFDT demandera l’inclusion dans l’accord de « il ne s’agit pas pour les syndicats de partager la vision économique de l’entreprise ».

7. Que se passera-t-il si un accord GPEC n’est pas signé. ?

Sans anticipation, les salariés subiront totalement les conjonctures futures, les évolutions des technologies, l’évolution des ages.

Les syndicats feront comme maintenant, ils réagiront au coup par coup et après coup… soit trop tard.


Accueil du site | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 129710

Site réalisé avec SPIP 1.9.1 + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSGestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences   ?

Creative Commons License