CFDT Amadeus

Rapport sur les RPS

mercredi 20 juin 2012

Depuis 2009, 2 enquêtes sur les Risques psychosociaux ce sont tenues dans l’entreprise :

1 - A l’initiative de la Direction dans le cadre du projet Well Being

2 - A l’initiative des membres élus du CHSCT, réalisée pas le cabinet d’expertise SYNDEX

Lors de la dernière réunion du CHSCT qui s’est tenue le 23 Mars dernier, la Direction a mis a l’ordre du jour un point sur la consultation du Plan d’action lie au projet "Well Being" . Le projet a été adopte par 5 voix contre 3.

La CFDT s’est prononcée CONTRE ce plan d’action. En effet, les mesures proposées par la direction sont nettement insuffisantes :

- La formation à la gestion du temps renvoie à la difficulté des individus à gérer leur temps. Elle s’appuie sur l’idée que c’est l’incapacité des salariés à gérer leur temps qui produit leurs difficultés dans le travail.
- La question de la charge de travail passe par une étude préparatoire alors que les facteurs critiques sont déjà repérés.
- La question de la mesure de la charge n’est pas abordée
- les managers sont très concernés par le plan d’action. Il serait pertinent que le staff le soit à la même hauteur
- La question du creusement des écarts entre catégories n‘est pas prise en compte (jeunes/anciens, grandes Ecoles/diplômes universitaires/expérience de terrain) et entre des positions professionnelles (développement/ marketing/Support, manager/staff, développement projet/ développement produit…). Il est pourtant un facteur important des tensions qui sont relevées dans l’entreprise.

De plus, ce plan fait abstraction de l’enquête menée par le cabinet SYNDEX qui préconise :

La prise en compte des effets de l’entretien individuel d’évaluation, dans ce qu’il contient de définition des objectifs, de recours des salariés, de commission de recours dans laquelle le CHSCT ou les Organisations Syndicales peuvent être présents.

L’affirmation d’une politique RH transversale qui garantisse que chacun, où qu’il soit dans l’entreprise soit traité de la même manière. Chaque salarié, quels que soientt son service de rattachement, sa localisation géographique et sa place dans la hiérarchie, doit pouvoir prétendre à un traitement établi sur des bases connues de tous, partagées et équitables.

Le plan d’action sur les risques psychosociaux doit trouver sa place dans le document unique et être décliné par unité de travail avec un exposé des situations-sources, des populations et activités exposées, et des actions préventives et correctives envisagées. La médecine du travail est renvoyée à la prévention secondaire et tertiaire.

Pour illustrer ces propos "des intentions affichées...à la réalité..." :

Nos collègues sont entassés dans une salle de réunion sans fenêtre.


Accueil du site | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 129710

Site réalisé avec SPIP 1.9.1 + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSCHSCT   ?

Creative Commons License