CFDT Amadeus

L’encadrement en entreprise

mardi 30 octobre 2012

Selon la théorie de l’homme éclaté de l’approche socio-économique, toute personne est dotée de 3 statuts.
- Dans son statut de citoyen, la personne est valorisée, protégée. un homme une voix.
- Dans son statut de consommateur, la personne est choyée, courtisée, sollicitée.
- Tant de considération n’est plus de mise lorsqu’il s’agit d’aborder le statut de producteur de la personne. Dans l’organisation dans laquelle elle passe le plus clair de son temps, la personne est parfois peu sollicitée, sous-valorisée et parfois déconsidérée. dans certains cas elle fait même l’objet de pressions pour "laisser sa vie personnelle au vestiaire", pour passer ses états d’âme sous silence et pour ne pas critiquer le système en place.

Le message est clair, l’enfer c’est dedans, le bonheur c’est dehors. Le travail devient un passage obligé, la torture de l’humanité qui gagne son pain, au prix de sa santé, de son identité et de ses aspirations profondes.

La réalisation du métier d’une organisation et l’obtention de performances supposent la coopération des acteurs. Or cette coopération n’est pas naturelle, loin s’en faut. Le strict réalisme commande donc que la performance soit constamment négociée et renégociée entre les acteurs, en batissant des consensus opératoires pour un temps, périodiquement remis sur le métier. La performance, parfois présentée comme un absolu objectivable, n’est en fait qu’une performance choisie et méritée.

Le virus TFW1900 (synthèse des théories de Taylor, 1911 – Fayol, 1916 – Weber, 1922,) a largement pénétré au cœur de toutes les organisations, publiques ou privées, industrielles ou commerciales, en consacrant l’hyperspécialisation des tâches et des fonctions, de même que l’hégémonie des règles formelles et la dépersonnalisation du travail. Or ces modèles organisationnels sont insidieusement imprégnés du paradigme de la capacité spontanée de soumission, d’obéissance et de subordination de tous les acteurs dans une organisation. Il est contraire à la survie-dévelopement de l’entreprise elle-même. Une conception qui oublie l’homme sous l’organisation.

Le mandat managérial du 21ème siècle est de s’occuper des personnes délibérément et correctement. Il faut gérer de la polyvalence en équipes, il faut restituer l’intelligence et le territoire aux acteurs quel que soit leur niveau et il faut personnaliser le management par une écoute authentique.

Réflexion inspirées de Henri SAVALL , Véronique ZARDET (CONTRIBUTION DE LA THEORIE SOCIO-ECONOMIQUE DES ORGANISATIONS A L’AUDIT SOCIAL) et Vincent Cristallini ( L’habileté managériale réalisme et courage en management.) Ce livre analyse les tenants et les aboutissants du management, en se gardant des effets de mode et des idées surannées. Il démontre qu’une gestion humaine et des relations sociales équilibrées sont garantes de la performance d’une entreprise.


Accueil du site | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 128563

Site réalisé avec SPIP 1.9.1 + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSActualités   ?

Creative Commons License